Les antibiotiques : jamais contre le rhume et la grippe !

7 règles d’or pour un bon usage des antibiotiques

En hiver, on observe une augmentation importante des prescriptions d’antibiotiques. Or, s’il est bien connu que les antibiotiques ne sont efficaces que contre les maladies provoquées par des bactéries; les périodes hivernales sont caractérisées par des épidémies d’affections respiratoires aiguës, comme la grippe, le rhume, la toux banale ou des angines, dont plus de 80% sont d’origine virale.

Les antibiotiques n’ont aucune efficacité contre les virus. Ils ne font ni baisser la fièvre ni guérir plus vite ! Il est indispensable d’en faire un usage prudent et raisonné car la préservation de l’efficacité des antibiotiques est l’affaire de tous!

Voici 7 règles d’or à respecter pour un bon usage des antibiotiques.

  1. Veiller à respecter la dose et la durée d’un traitement antibiotique prescrit par le médecin;
  2. Ne pas arrêter le traitement prématurément : même si l’état de santé semble s’être amélioré, il faut prendre l’antibiotique jusqu’au bout;
  3. Ne pas donner son traitement à quelqu’un d’autre;
  4. Ne pas réutiliser un antibiotique plus tard: si des symptômes similaires se déclarent, consultez votre médecin;
  5. Ne pas insister pour recevoir une prescription d’antibiotiques en cas de maladie virale, sachant que les rhumes, refroidissements, la grippe, la toux banale, et la plupart des angines sont dues à des virus et guérissent spontanément
  6. Ne pas prescrire d’antibiotiques lorsque l’origine bactérienne d’une infection n’est pas démontrée.
  7. Prévenir les infections en se lavant régulièrement les mains, en évitant les contacts avec les personnes malades et en veillant à être à jour avec ses vaccinations

La résistance aux antibiotiques, une des plus grandes menaces pour la santé publique en Europe et au niveau mondial. En effet, le recours massif aux antibiotiques dans la médecine humaine et vétérinaire ces dernières années, a accéléré considérablement le développement des résistances bactériennes. Ainsi, un nombre croissant d’infections deviennent de plus en plus difficiles à traiter, les antibiotiques perdant leur efficacité.

On estime qu’en Europe, 25.000 personnes meurent chaque année suite à des infections associées aux soins ou des infections communautaires causées par des bactéries multirésistantes. Au niveau mondial, ce chiffre pourrait atteindre 10 millions en 2050. La résistance aux antibiotiques a également des conséquences économiques. L’Union européenne estime à 1,5 milliards d’euros par an le coût des soins de santé et des pertes de productivité dues à la résistance aux antibiotiques.

Suite à cette situation alarmante, le Luxembourg a entamé les travaux en vue d’un Plan National Antibiotiques au début de l’année 2017. L’élaboration du Plan National Antibiotiques 2018-2022 (PNA) a été supervisée par les ministères de la Santé et de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs avec la contribution du ministère de l’Environnement, chacun pour les domaines les concernant.
En savoir plus sur le PNA 2018-2022: www.sante.public.lu