Eltereschoul Doheem

Pendant cette période de confinement où les activités traditionnelles de l’École des Parents sont suspendues, l’équipe a décidé de continuer à informer les parents en leur adressant des lettres partagées via divers réseaux.

Voici les lettres qui ont été publiées et qui abordent à chaque fois un nouveau thème.

Bonne lecture!

#lettre 8
20 mai 2020
Comment communiquer de façon positive ?
Les éléments suivants caractérisent la communication positive en famille :

  • Les enfants, tout comme les adultes, ont besoin de messages clairs et précis pour comprendre ce qui est attendu d’eux. Préférer « Range tes voitures dans la caisse !» à « Range ta chambre ! »
  • Une critique bien formulée ne blesse pas et ne provoque pas de réactions de défense chez l’autre. Les généralisations, comme « toujours » et « jamais », sont à éviter, tout comme il est important de se tenir à des faits concrets.
  • Les « messages-je » sont plus authentiques et expriment le ressenti du locuteur au lieu des « messages-tu » plus agressifs et accusateurs. Préférer « je me sens dépassée par le ménage » à « tu ne fais jamais rien à la maison ! »
  • Parler de ses émotions facilite la communication, surtout lors de thèmes de discussion conflictuels.
  • La communication non-verbale, comme les gestes, la mimique mais aussi le ton de la voix jouent un rôle important. Beaucoup d’informations se transmettent par la posture.
  • Écouter activement, s’intéresser à l’autre et redemander lorsqu’on n’a pas tout compris, sont à la base d’une bonne communication. Les questions « Qui ? », « Quoi ?» et « Pourquoi ?» permettent de clarifier les arguments d’une discussion.

Bien que la communication soit influencée par l’humeur et la forme quotidienne de chacun, ces techniques constituent une aide précieuse pour s’entraîner à mieux communiquer en famille.

Version luxembourgeoise de la lettre en page 2 sur kannerschlass.lu ici…

#lettre 7
13 mai 2020
Déconfinement : Mon enfant retourne à la crèche.
Tout en respectant les nouvelles consignes et gestes barrières pour nous protéger, il reste important de garantir aux enfants un passage à la crèche dans le respect de leurs besoins.

  • Après le confinement, la séparation des parents est difficile pour tous les enfants. C’est tout à fait normal. Avec la patience nécessaire et surtout en respectant leurs besoins, les petits vont retrouver leurs habitudes.
  • Une phase d’adaptation est incontournable pour les bébés et les tout-petits. Même ceux déjà gardés en crèche avant le confinement, auront oublié leurs expériences du groupe. Ainsi, ils pourront progressivement retrouver leurs repères.
  • Les enfants ont besoin de rituels pour se retrouver dans une nouvelle situation. Imaginez des petits gestes et habitudes qui accompagneront le passage à la crèche.
  • Lorsqu’un enfant ne parle pas encore, il exprime ses émotions et ses sentiments par son comportement. Une attitude empathique, l’attention nécessaire et des explications adaptées à son âge, contribuent à rassurer votre enfant.
  • Vous appréhendez peut-être ce retour. Toutefois, même les plus jeunes captent facilement les craintes des parents. Ne thématisez pas en continu vos soucis devant les enfants.
  • Voir les adultes porter un masque va inquiéter les bébés. Le fait de vous voir porter un masque à la maison démystifiera sûrement cette situation. Faites porter un masque au doudou préféré ! Pourquoi ne pas en faire un jeu amusant, une habitude, et redonner ainsi un peu de normalité à cette situation extraordinaire.

Le passage à la crèche et à l’école fait partie des thèmes offerts régulièrement par l’Ecole des Parents en collaboration avec les crèches, maisons relais et écoles.

Version luxembourgeoise de la lettre en page 2 sur kannerschlass.lu ici…

#lettre 6
6 mai 2020
Déconfinement : Mon enfant retourne à l’école
Certains enfants et parents attendent le retour à l’école avec impatience, d’autres sont insécurisés et se sentent mal à l’aise. Une bonne préparation en famille peut faciliter cette rentrée exceptionnelle.

  • Le retour à l’école sera accompagné de nouvelles règles et de gestes barrières imposés,
    que vous pouvez consulter au préalable avec vos enfants sur : www.gouvernement.lu .
  • Les enfants ont besoin d’explications simples pour comprendre l’importance des
    nouvelles mesures d’hygiène de leur école. Ils réaliseront ainsi qu’ils se protègent eux-mêmes
    et leurs copains.
  • Le port d’une protection de la bouche et du nez est perturbant pour tout le monde.
    Veillez à ce que vos enfants aient bien compris comment l’utiliser correctement : se laver
    les mains après avoir touché la protection et ne pas la prêter à ou l’échanger avec un
    copain.
  • Il se peut que vos enfants ne fréquentent pas l’école en même temps que leurs meilleurs
    copains. Dans ce cas, il est très important qu’ils aient la possibilité de garder le contact
    avec eux.
  • Comme les enfants doivent à nouveau reprendre le rythme scolaire, il est important
    d’adapter progressivement les heures du coucher et du lever.
  • Pour les enfants, les priorités des premiers jours ne porteront pas sur les matières
    scolaires. Ils ont besoin de temps pour s’adapter et assimiler les nouvelles conditions.

Les enfants continueront à poser des questions. Peut-être vous ne connaissez pas toujours les
réponses, mais vous saurez quels sujets les préoccupent.
Faites confiance à vos enfants. Ils sont capables de mobiliser les ressources nécessaires pour
s’adapter à cette situation exceptionnelle

La lettre est également disponible en luxembourgeois ici (en page 2).

#lettre 5
29 avril 2020
Quand frères et soeurs se disputent !
En ces temps de confinement, avoir un frère ou une soeur peut être formidable, car cette relation est généralement caractérisée par beaucoup d’amour et de loyauté.

Cependant des jalousies et rivalités sont inévitables.
Cette relation est susceptible de durer plus longtemps que toute autre relation au cours de la vie. Personne ne l’a choisie et elle ne peut pas être annulée.

  • Les relations fraternelles constituent un contexte d’apprentissage important pour le développement socio-affectif d’un enfant, ceci aussi lors des disputes. Ne résolvez pas les conflits fraternels, mais encouragez les enfants à trouver eux-mêmes des solutions !
  • Une communication positive dans la famille, où chacun se sent valorisé et entendu est importante ! Louez vos enfants lorsqu’ils ont pu résoudre eux-mêmes un conflit ou respecter des moments de « non-dispute ».
  • Gardez votre calme, n’intervenez que lorsque vos enfants n’arrivent plus à se calmer ou lorsqu’une situation risque de déraper de façon à ce qu’un enfant puisse se blesser. Attendez le retour au calme avant de discuter de la situation avec vos enfants !
  • Désamorcez au quotidien les situations qui créent des conflits entre enfants. L’établissement de plans, comme p.ex. pour la répartition des tâches ménagères, peut éviter des disputes.
  • Ne prenez pas parti ! Évitez de comparer vos enfants entre eux, ceci favorise les jalousies.

L’adoption de conduites parentales sensibles et adéquates pour gérer des conflits fraternels est un garant important pour assurer des relations familiales positives.

L’équipe de l‘Eltereschoul

Si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas à les contacter par e-mail: eltereschoul@kannerschlass.lu Laissez votre nom et votre numéro de téléphone, un membre de l’équipe vous contactera dès que possible.

#lettre 4
22 avril 2020
Repas en famille – Bonheur familial pendant le confinement ?
Prendre un repas ensemble, c’est plus que manger à sa faim! Pendant le confinement, ces moments en commun donnent aux enfants une structure et un rythme dans leur journée.

  • Les enfants aiment bien manger ce qu’ils ont cuisiné. Même les plus petits peuvent aider à faire la cuisine et, selon leur âge, prendre en charge de petites tâches. Cuisiner ensemble est une activité stimulante où les enfants apprennent beaucoup.
  • Manger ensemble en famille favorise l’adoption de bonnes habitudes alimentaires et contribue à ce que les tout-petits imitent les adultes et osent goûter davantage.
  • Le déjeuner ou le dîner ne constitue pas le bon moment pour éduquer vos enfants ou pour gérer des conflits. Ce temps passé en commun devrait se dérouler dans une atmosphère positive pour toute la famille. Ecouter et s’échanger sur comment chacun a vécu sa journée fournit à l’enfant un soutien émotionnel important.
  • Les parents sont des modèles pour leurs enfants. Ainsi les médias, tels que la télé, la musique et le portable, n’ont pas leur place à la table commune.
  • Lors de disputes entre frères et soeurs pendant les repas, adoptez une attitude compréhensive. Evitez de prendre position pour l’un ou l’autre et intervenez le moins possible.

En préparant leur plat préféré et avec beaucoup de patience les parents peuvent inciter les adolescents à réintégrer la table familiale et ainsi leur montrer qu’ils ont toujours une place importante dans la famille.


#lettre 3
8 avril 2020

« Jouer c’est grandir ! »
En jouant l’enfant se familiarise avec son environnement, découvre ses capacités mais aussi ses limites. Le jeu est donc pour nos enfants à la fois un plaisir et un moyen de grandir. Quelles conditions doivent être remplies pour que l’enfant puisse jouer ?

  • Pour jouer les enfants ont besoin de temps et qu’on les laisse jouer tranquillement. Veillez à ne pas interrompre trop souvent le jeu des enfants et évitez un calendrier familial surchargé.
  • Les enfants veulent rester le metteur en scène de leur jeu. Ils n’apprécient pas que les parents s’en mêlent sans raisons évidentes. Le jeu leur permet d’apprendre à gérer des problèmes et conflits par eux-mêmes.
  • Le rôle du parent est d’encourager, stimuler, aider, faire des propositions et informer. Souvent il est impliqué dans le jeu, parfois il reste simple « observateur ».
  • Les parents ne doivent pas seulement apprécier le résultat du jeu. Il est d’autant plus important d’encourager les enfants en cours de route et de les motiver pour qu’ils n’abandonnent pas.
  • « Moins c’est plus !». Les enfants sont submergés de jouets, ayez le courage de faire le tri et de ranger une partie des jouets. Parfois les objets du quotidien deviennent les jouets les plus intéressants !
  • Les enfants n’ont pas besoin d’animation permanente. Apprendre à s’ennuyer est très important et s’ennuyer temporairement peut être une vraie source de créativité.

Comme maintenant les parents passent beaucoup plus de temps avec leurs enfants que d’habitude, ils ont la chance de mieux les connaître et de comprendre pourquoi le jeu est tellement important pour leur développement. Ne ratez pas cette opportunité !


#lettre 2
1er avril 2020

Les enfants posent des questions : Et alors ? Comment répondre ? Que dire ?
En ces temps de confinement, les enfants ont et posent encore plus de questions et les parents se demandent comment réagir. Voici quelques réflexions à ce sujet :

  • Bien écouter les enfants, respectivement redemander quelle est exactement leur question. Puis formuler la réponse selon le modèle « 1 question – 1 réponse » pour éviter de leur donner trop d’informations en une seule fois.
  • Il est important de répondre de manière précise aux questions que posent les enfants. Si on ne connaît pas la bonne réponse, il est essentiel de rechercher l’explication, pourquoi pas ensemble avec les enfants. Ainsi, ils obtiennent vraiment la réponse à la question qui les occupe à un moment donné.
  • Toujours vérifier si les enfants ont bien compris les explications.
  • Donner des réponses adaptées à l’âge des enfants et reformuler les réponses en fonction des âges ou parler séparément avec chacun des frères et soeurs.
  • Ne pas faire de la pandémie (peurs, soucis…) un sujet de discussion constant à la maison et ne pas consulter en permanence les actualités à la télé, internet…

Les touts petits, ceux qui ne parlent pas encore et ne posent donc pas de questions. Eux aussi remarquent les changements et réagissent à leur façon: ils pleurent plus, dorment moins bien… Dans ce cas, il est important de rester calme, attentif et empathique et de renforcer leur sentiment de sécurité par des gestes et paroles apaisants. Important: ne pas consulter les actualités en leur présence.

Les adolescents, aussi se posent des questions, mais ne peuvent plus les formuler aussi aisément que les enfants. En plus beaucoup d’entre-eux n’ont plus l’habitude de parler de leurs problèmes avec les parents mais se tournent plutôt vers leurs amis. Mais ils ont de vrais soucis, s’inquiètent beaucoup et ne se contentent plus d’une simple réponse. C’est pourquoi nous reviendrons sur la manière de les soutenir dans une lettre ultérieure.


#lettre 1
25 mars 2020
Les devoirs – Le « Homeschooling »
Une situation encore inimaginable il y a quelques semaines est devenue la nouvelle réalité, vous les parents, devez (et devrez encore après les vacances) jongler entre Homeoffice et Homeschooling, entre conférences et école à distance.
Vu cette nouvelle donne, il faut toujours garder à l’esprit que les parents ne sont pas censés remplacer le personnel enseignant. Votre rôle est de

  • soutenir les enfants
  • les motiver
  • s’intéresser à ce qu’ils ont à faire
  • voir s’ils ont compris ce qu’il faut faire
  • créer une atmosphère qui permet de travailler tranquillement

Il est important de garder un rythme, des plages horaires fixes pour travailler et pour jouer.
Si vous avez des enfants d’âges différents, il peut s’avérer motivant et stimulant pour les enfants de les laisser faire leurs devoirs ensemble dans une même pièce, mais pour certains une telle situation peut aussi se révéler contreproductive. Dans ce cas il vaut mieux chercher deux ou trois coins différents où les enfants peuvent travailler seuls sans être dérangés par les frères et soeurs.

L’équipe de l‘Eltereschoul

Si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas à les contacter par e-mail: eltereschoul@kannerschlass.lu Laissez votre nom et votre numéro de téléphone, un membre de l’équipe vous contactera dès que possible.